BIE

Déclaration de Yeosu

Here we introduce the Yeosu Declaration which represents the legacy of Yeosu Expo. The Yeosu Declaration calls for cooperation among the international community in marine environment conservation efforts worldwide.
  • Overview
  • Déclaration de Yeosu
  • Principaux contenus
  • Etat d’avancement
  • Forum sur la Déclaration de Yeosu
  • Forum sur la Déclaration de Yeosu
THE YEOSU DECLARATION
  • Sous le thème « Pour des Côtes et des Océans vivants », nous, organisateurs, pays participants, organisations internationales, agences spécialisées et experts, nous sommes rassemblés à l’Exposition Internationale de Yeosu Corée 2012, à Yeosu, République de Corée, du 12 mai au 12 août 2012, sous les auspices du Bureau International des Expositions ;
  • Respectant les objectifs énoncés dans les sous-thèmes « Développement et Préservation des Côtes », « Technologie de Nouvelles Ressources » et « Activités Maritimes Créatrices » ;
  • Rappelant les principes énoncés dans la Déclaration de Stockholm sur l’environnement humain (1972), la Déclaration de Nairobi du Conseil d’administration du Programme des Nations Unies pour l’environnement sur l’état de l’environnement mondial (1982), la Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement (1992), la Déclaration de Johannesburg sur le développement durable (2002) et les conclusions de la conférence Rio+20 (2012) ;
  • Prenant acte des engagements souscrits dans la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, les Objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies, le Code de conduite pour une pêche responsable, la Convention pour la Biodiversité, la Convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires, le Programme d’action mondial pour la protection du milieu marin contre la pollution due aux activités terrestres et les autres conventions, accords et plans d’actions multilatéraux importants en relation avec les océans et les côtes ;
  • Soulignant que les océans recouvrent plus de soixante-dix pour cent de la surface de la planète, qu’ils jouent un rôle crucial dans le maintien de la vie, qu’ils sont source d’alimentation et de revenu pour des milliards de personnes dépendant des écosystèmes marins pour leur subsistance et qu’ils constituent un lien entre les peuples, les marchés et les communautés, représentant une « route de la soie » maritime par laquelle transitent plus de quatre-vingt-dix pour cent du commerce mondial ;
  • Soucieux des pressions et menaces aux quelles font face les océans, les fonds marins, les mers régionales, les côtes et les îles, comme les pratiques de pêche non durables, l’exploitation non durable des ressources, les rejets de polluants et de débris, la destruction des habitats, l’introduction d’espèces exogènes invasives, l'acidification des océans et les phénomènes liés au changement climatique, tel les phénomènes météorologiques extrêmes, l'élévation du niveau des mers et la fonte des glaciers dans les régions polaires ;
  • Conscients de l’implication planétaire de ces phénomènes, du fait qu’ils ne se cantonnent pas à un pays ou une région unique et qu’ils exigent des efforts internationaux concertés si l’on veut réduire au maximum l’impact négatif de l’humanité sur les écosystèmes marins ; et
  • Ayant discuté de la contribution des océans à la concrétisation des objectifs de la communauté planétaire dans les domaines de l’environnement durable, de la vie en société et de l’économie durable, par le biais d’une vision nouvelle d’une « croissance verte venue de la mer » ;

Nous faisons la déclaration suivante :

  • 1. Les océans occupent une place vitale pour notre planète et essentielle pour la civilisation humaine. Nous appelons les dirigeants du monde entier à sensibiliser les gouvernements à la nécessité de mieux protéger l’environnement marin et à placer au sommet des préoccupations planétaires les questions en relation avec l'océan.
  • 2. Nous appelons la communauté internationale à préserver et développer les cultures maritimes, afin de faire comprendre à tous les éléments de la société civile la nécessité d’une meilleure prise en compte de l’environnement marin.
  • 3. Nous appelons toutes les nations du monde à coopérer pour mettre fin aux actes illégaux sur les mers, dont la piraterie maritime et les détournements, afin de permettre aux océans de continuer d’offrir un réseau efficace et sûr pour le transport, assurant la liaison entre les communautés de la planète.
  • 4. Nous appelons à des efforts internationaux concertés pour la mise en place d’une « gestion fondée sur l’écosystème intégré » des ressources marines, notamment les stocks de poissons mondiaux, selon le principe de la durabilité, au bénéfice de l’ensemble de l’humanité.
  • 5. Nous appelons la communauté scientifique mondiale à développer notre connaissance des océans grâce à des systèmes étendus d’observation en temps réel aptes à fournir aux gestionnaires des ressources et aux décideurs des données actualisées et fiables sur les océans, propices à une réaction rapide aux effets du changement climatique et aux catastrophes naturelles, comme les tsunamis.
  • 6. Nous nous tournons vers les océans, nouveau moteur d’une croissance économique durable, face à l’épuisement progressif de nombre de ressources terrestres et aux craintes pour la sécurité alimentaire d’une population mondiale toujours en augmentation. Nous appelons toutes les nations à renforcer les investissements dans la science de pointe ainsi que dans les industries et technologies novatrices qui font appel aux ressources marines et aux énergies renouvelables dans le respect de l’environnement, au bénéfice de la prospérité de l’ensemble de l’humanité.
  • 7. Nous devons accorder une aide accrue aux nations en développement, y compris les petits États insulaires en développement (PEID), pour qu’ils trouvent les réponses à leurs questions en relation avec l’océan et qu’ils puissent utiliser leurs ressources marines de façon durable en s’appuyant sur l’aide au développement et à l’investissement, et sur des projets de coopération internationale.
  • 8. À cet égard, nous nous félicitons du Projet de Yeosu – legs important de l’Exposition Internationale de Yeosu Corée 2012 – qui vise à fournir aux nations en développement une aide au renforcement de leurs capacités, pour les aspects en relation avec la mer, grâce à la formation professionnelle et au transfert de technologies.
  • 9. Nous nous félicitons également du lancement par le Secrétaire général des Nations Unies du Pacte des Nations Unies sur les océans qui vise à renforcer la capacité du système des Nations Unies à s’acquitter de façon coordonnée de ses obligations en relation avec les océans, afin de permettre ainsi la concrétisation de l’objectif des « océans sains pour la prospérité ».
  • 10. Dans l’esprit de la présente déclaration de fournir au monde entier une vision nouvelle d’une « croissance verte venue de la mer », nous appelons tous les gouvernements et la société civile à œuvrer ensemble à la concrétisation de nos objectifs communs pour les océans.
print