BIE

Pavillon des Organisations internationales

Pavillon des Organisations internationales
Les efforts de la communauté internationale pour préserver les eaux qui relient les 5 océans et les 6 continents

Pavillon des Organisations internationales

Dix organisations internationales actives au sein de la communauté internationale pour l’environnement et les océans, comme l’ONU ou la COI, participent au Pavillon des Organisations internationales. Ce pavillon présente les activités et les particularités de chaque organisation internationale, sous des thèmes communs tels que « la protection du milieu marin » ou « le développement durable des ressources ». Ces questions représentent les nouveaux défis auxquels doit faire face la communauté internationale
Thème
Les activités des organisations internationales en matière de protection des océans et de développement durable
Message
Coordonner les efforts internationaux sous une direction conjointe pour l’avenir de l’humanité
Horaires
09:00-21:00
Capacité d'accueil
168 personnes(capacité d’accueil simultanée : 504 personnes)
Durée de visite
30 minutes
Conseils de visite du Pavillon des Organisations internationales
Les différences d’idées, de modes de vie et la divergence des intérêts entre les pays engendrent des problèmes. Les organisations internationales ont pour but de trouver des solutions transnationales à ces problèmes globaux et de défendre des intérêts qui dépassent les intérêts particuliers des nations.
Dix organisations internationales participent au Pavillon des Organisations internationales pour présenter leurs domaines d’activité et leurs résultats. Ne manquez pas l’occasion de découvrir ces institutions internationales qui contribuent à l’harmonie et au progrès du monde dans son ensemble.

ONU (Organisation des Nations unies)

L’ONU a été fondée en 1945 par 51 pays, après la Seconde Guerre mondiale, afin d’arrêter les guerres entre pays et afin de préserver la paix. L’organisation regroupe aujourd’hui presque tous les États de la planète et elle dispose de cinq instances : l'Assemblée générale, le Conseil de sécurité, le Conseil économique et social, le Secrétariat et la Cour internationale de justice.

OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques)

L’OCDE a succédé à l’Organisation européenne de coopération économique (OECE) fondée en 1948 dans le but d'assurer la mise en œuvre efficace du Plan Marshall, le plan américain pour aider à la reconstruction de l'Europe après la Seconde Guerre mondiale. La Corée du Sud est devenue membre de l'OCDE en décembre 1996.

FAO (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture)

La FAO est la première des institutions spécialisées de l'ONU. Lors de la Seconde Guerre mondiale, les Alliés partageaient l’avis selon lequel l’augmentation démographique, la stagnation de la production alimentaire et les inégalités de revenu représentaient une grave menace pour la paix et la sécurité mondiales. En 1943, le Président Roosevelt a convoqué une Conférence sur l’Alimentation et l’Agriculture réunissant des représentants de 44 pays. La FAO est née officiellement en octobre 1945.

GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat)

Le GIEC a été créé en 1988 par l’organisation météorologique mondiale (OMM) et le programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). Il a pour mission d’évaluer les activités de l'UNFCCC (la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques) et de rédiger des rapports d’évaluation. L’UNFCCC a pour but d’appuyer une action coopérative entre les États pour lutter contre le changement climatique, à l’image du Protocole de Kyoto.

PEMSEA (Partenariat pour la gestion de l'environnement des mers de l'Asie de l'Est)

Le PEMSEA a été créé en 1994 dans le but de protéger l’écosystème marin et de promouvoir une valorisation durable des ressources côtières et marines de l’Asie de l’Est. Les mers de l’Asie de l’Est regroupent la mer Jaune, la mer de Chine méridionale, la mer de Chine orientale, la mer d’Indonésie et la mer de Célèbes. Le PEMSEA auquel participent 14 pays dont la Corée du Sud, la Corée du Nord, le Japon et la Chine, a sélectionné 30 zones maritimes, comme par exemple le lac Shihwa en Corée du Sud, pour un projet pilote de gestion côtière intégrée. Le projet consiste à évaluer les risques environnementaux et à soutenir des activités d’amélioration de l’environnement des zones vulnérables à la pollution.

CDB (Convention sur la diversité biologique)

Plusieurs espèces sont menacées de disparition à cause de l’exploitation excessive de la mer et de la forêt. Pour protéger ces espèces menacées, la Convention sur la diversité biologique (CDB) a été adoptée lors du sommet de la Terre à Rio de Janeiro au Brésil en 1992.
Constituée de 42 articles et de 2 annexes, la Convention rappelle le principe de souveraineté des États pour exploiter leurs propres ressources génétiques et souligne la responsabilité pour ne pas causer de dommages significatifs aux autres Etats en cas d’exploitation des ressources.

UNESCO-COI (Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO)

La Commission océanographique intergouvernementale (COI) a été fondée suite à la décision prise par l'Assemblée générale des Nations Unies en 1960 pour soutenir la recherche maritime et résoudre les problèmes individuels et collectifs liés aux océans et aux côtes, en tant qu’une seule institution spécialisée des Nations unies dans le domaine des sciences de la mer. Elle compte 132 Etats membres et travaille en collaboration avec différentes organisations internationales telles que l’UNESCO, la FAO et l’OMM.
Au-delà de la recherche océanographique, la COI a pour objectif d’améliorer la gestion côtière, l’échange de données maritimes et de fournir des services océaniques pour déterminer des critères de référence en matière de droit de la mer à l’ONU.
La Corée du Sud est membre de la COI depuis 1961, année de la 1ère assemblée générale. Faisant partie des Etats membre du conseil exécutif de la COI depuis 1993, la Corée du Sud joue un rôle important dans la gestion des programmes océanographiques et la prise de décision de la COI.

FEM (Fonds pour l'environnement mondial)

Le FEM a été créé en 1990 pour investir dans l’environnement des pays en développement, où en général la priorité est plutôt donnée au développement industriel. Entre 1991 et 1993, le FEM a mobilisé environ 1,4 milliards de dollars avec la participation de 20 pays pour soutenir des projets pilotes dans 36 pays en voie de développement. Entre 1994 et 1997, ce sont près de 2 milliards de dollars qui ont été investis dans l’environnement des pays en développement grâce à la participation de 27 pays. Pour pouvoir bénéficier du FEM, le pays doit être bénéficiaire de la Convention sur le changement climatique et de la Convention sur la diversité biologique, de la Banque Mondiale, de l’Association Internationale de Développement et du Programme des Nations Unies pour le développement. Son revenu annuel par habitant doit être inférieur à 4 465 dollars.

PAM (Programme alimentaire mondial)

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a été créé en 1961 suite à la décision prise par l'Assemblée générale des Nations Unies et par la FAO de venir en aide aux personnes les plus démunies dans le monde. Plus d’un milliard de personnes souffrent de la faim dans le monde et ce problème est devenu un enjeu international nécessitant des réponses coordonnées au niveau mondial. Le PAM a cinq objectifs stratégiques pour lutter contre la faim dans le monde.

OMI (Organisation maritime internationale)

L’OMI est une institution spécialisée des Nations unies créée dans le but de traiter des problèmes relatifs aux transports maritimes et à la construction navale. Elle a pour mission d’assurer la sécurité maritime, de prévenir la pollution maritime des navires et de faire face à l’augmentation du nombre d’accidents en mer. Elle compte 163 États membres et 3 membres associés. Son siège se situe à Londres. La Corée est membre de l'OMI depuis 1962.
Guide d’observation Chaque organisation internationale déploie diverses activités suivant ses propres objectifs. Grâce aux efforts des organisations internationales, c’est toute la communauté internationale qui peut aspirer à un meilleur avenir. Informez-vous sur les activités menées par ces organisations internationales pour sauver l’humanité et découvrez également la contribution de la Corée du Sud à ces efforts internationaux.
print